Close

Rémy est né en 1982, à Bordeaux.
Moi, je suis né en 1983, à Saint Brieuc en Bretagne.
Nous nous sommes rencontrés un hiver dans les Alpes lorsque nous étions saisonniers sur la station des Ménuires.
Après 5 années passées ensemble à barouder entre montagne et mer pour nos saisons, nous avons pris l’avion direction le Canada pour une durée d’un an en PVT (permis vacances travail).
Une année où nous choisissons d’aller où bon nous semble, une année qui nous aura donner la chance de travailler volontairement chez des mushers, entre autres, jusqu’à Churchill aux pays des ours polaires, pour apprendre le métier de handler (assistant musher).

Une passion lointaine pour les chiens, des expériences et des rencontres inoubliables nous ont alors donné l’envie d’en faire notre métier, un rêve qu’on ne pensait pas réaliser de si tôt …
De retour en France, nous laissons donc des annonces. En Août 2010, notre appel est entendu : 28 chiens de traîneaux nous attendent en Laponie Suédoise pour prendre soins d’eux.
Nous débarquons en Suède en Septembre 2010.
Nous nous occuperons d’eux pendant plusieurs mois jusqu’au jours où nous prendrons la décision de nous installer en Suède et de continuer l’aventure avec ceux qui sont désormais devenus des membres de notre famille.

En Mai 2011, nous tombons amoureux d’une petite maison au charme unique, avec pour seul voisin les arbres et les Rennes !! Nous avons donc déménager le chenil et avons posé nos valises à 100 Km du cercle polaire arctique, près d’un petit village de 500 habitants nommé Vidsel dans la province du Norrbotten en Suéde.
En Août 2011 nous créons notre entreprise : Laponie Mush
C’est une petite entreprise que nous gérons seuls Rémy et moi. Nous la souhaitons familiale et conviviale.
Nous vous recevons toute l’année en petit groupe, chez nous, dans notre maison.

Un grand MERCI à toute la famille qui a contribué à cette belle aventure qui continue …

Origine du mot Mush (prononcé Meuch)

A l’époque de la ruée vers l’or, les premiers explorateurs français des région arctiques du Nord de l’Amérique ont appris à conduire les chiens de traîneaux avec les natifs. Mais ils utilisaient comme ordre de départ un mot français : « Marche » pour demander à l’attelage d’avancer. Plus tard les anglais ont appris des français, et ont adapté cet ordre à leur langage afin qu’il soit plus simple à prononcer, ce qui a donné le mot « Mush » ainsi que le mot « Musher »

Go top